Sables mouvants

Canevascini Marion,

ISBN: 978-2-88901-211-4, 2022, 216 pages, 24€

Sables mouvants est un voyage intérieur, celui d’une jeune femme sur les traces de la petite fille invisible qu’elle était. Rêveries et souvenirs se mêlent pour la guider inexorablement vers les terrains vagues de l’enfance, où l’absence d’un père, mystérieuse, projette ses ombres singulières.

Format Imprimé - 30,00 CHF

Description

Sur sa route à la reconquête de son identité, la narratrice va traverser plusieurs états (solitude, colère, tristesse) avant de pouvoir tendre la main au fantôme de son père et, enfin, devenir adulte. Avec une économie de mots proche du langage poétique, des dessins à l’encre qui jouent avec le blanc des pages, une narration en images inspirée de la psychanalyse, ce récit intime aborde avec pudeur la délicate question de la vulnérabilité de l’enfance face aux secrets des adultes, et l’importance du deuil dans la construction identitaire.

Au fil des émotions profondes que l’absence d’un parent suscite et d’une composition narrative originale où texte et dessins s’harmonisent en symbiose, ces moments de vie, capturés à la manière d’un vieil appareil photo, donnent un éclairage fort et sensible sur le devenir et la construction d’un enfant dans sa sphère intime.

 

Marion Canevascini naît en 1972 à Göttingen (Allemagne) d’un père tessinois et d’une mère suisse romande. Après des études de Lettres à l’Université de Fribourg (Suisse) où elle étudie notamment le rapport entre le texte et l’image, elle partage son activité entre peinture, écriture, et enseignement. En 2020, elle publie son premier roman graphique sur la maladie mentale infantile, ”Notre frère” (Éditions Antipodes).
marioncanevascini.ch

Presse

Page à pages

Dans un récit intime, Marion Canevascini livre son enfance et celle de sa sœur au sein d’une famille dont le frère aîné est atteint de schizophrénie. On les suit au fil des années, à hauteur d’enfant qu’elles sont, en fonction de leur âge, de ce qu’elles ressentent, de ce qu’elles observent chez leurs parents qui font ce qu’ils peuvent pour les épargner et garantir à la famille un semblant d’équilibre, quitte à ne pas partager leur tristesse, leurs soucis et leur fatigue. Dans son monde occupé par les esprits, le frère est comme absent de la fratrie. Les liens entre les deux sœurs se font de plus en plus forts, dans l’adversité. Elles grandissent et découvrent la légèreté de la vie le jour où elles peuvent partir seules en vacances. Puis, c’est le fils qui un jour vole de ses propres ailes. Elles vont enfin pouvoir exister et la famille devenir une vraie famille. Pour une première œuvre, l’essai est réussi. Bravo à Marion qui continue d’explorer l’enfance dans son ouvrage suivant, Sables mouvants, qui oscille entre le poème graphique et le récit dessiné introspectif dans lequel une jeune femme se penche sur la petite fille invisible qu’elle était, l’absence du père, les secrets des adultes et l’importance du deuil dans la construction identitaire.

Article de Katia Furter sur son blog Page à pages.

 

Dans la newsletter QWERTZ, RTS Culture (29.04.22)

Avec une écriture proche du langage poétique et des dessins à l’encre chargés de mélancolie, Marion Canevascini nous emporte dans les sables mouvants de son passé. On traverse à ses côtés les différentes étapes du deuil d’un père disparu, présence/absence de son enfance, qui suscite de profonds moments de solitude, de colère et de tristesse. Récit psychanalytique d’un enfant invisible qui deviendra un adulte libéré des fantômes du passé et enfin visible, ce court récit fait du bien là où ça fait mal. SG

 

Sables émouvants

Mieux qu’un chef-d’œuvre, la dessinatrice Marion Canevascini publie un livre qui respire la beauté du monde et de l’intime. L’artiste fribourgeoise, qui partage son activité entre peinture, écriture et enseignement, n’en est pas à son coup d’essai: elle a déjà fait paraître « Notre frère », qui montrait son immense talent. On regarde la couverture de « Sables mouvants » et on ressent la mer, la plage, la vague qui s’éloigne et les tumultes des sentiments. Le livre raconte l’enfance, suit les traces d’une petite fille; on y trouve des herbiers, des pensées, des corps vulnérables et maladroits. A chaque page, l’émotion saisit. On est cette petite fille qui tangue entre ombres et lumières. «Très tôt, j’ai su que j’étais invisible», dit la narratrice. Marion Canevascini, au contraire, est une créatrice de lumière.

Article de Géraldine Savary dans Le Matin du 17.04.22

 

 

Léman TV
Léman TV

Marion Canevascini invitée de Céline Argento dans l’émission Céline, ses livres du 19.04.22 sur Léman bleu TV en compagnie d’Hélène Becquelin
>> à voir ici