Les mains glacées

Adatte Marie-Morgane,

ISBN: 978-2-88901-212-1, 2021, 88 pages, 24€

Bande dessinée “reportage”, Les mains glacées donne une vision sensible du milieu marin polaire et de la fragilité de son éco-système. De retour d’une résidence le long des côtes du Groenland sur le voilier Knut de l’association MaréeMotrice, MarieMo élabore cette série de petits sketches magnifiquement illustrés à l’encre de chine. Mélanges entre réalité et imaginaire marin, ils dévoilent un certain regard sur les aléas d’un continent en proie au réchauffement climatique. Un dialogue entre l’océan, la glace, la faune et l’illustratrice.

Format Imprimé - 30,00 CHF

Description

Le p’tit mot en plus … 

  • Déjà plusieurs expositions ont vu le jour autour de ce projet d’exploration et du carnet de bord de Mariemo : une installation «Iceberg » lors de l’exposition « Pôles, feu la glace » au Muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel, une exposition et une lecture-projection dans le cadre du printemps culturel « Grand Nord » à Neuchâtel, ainsi qu’une exposition à Delémont’BD en 2019.
  • En 2021, l’autrice expose et dédicace les 25 et 26 septembre à Tramlabulle (festival de BD à Tramelan, BE).
  • Une exposition a eu lieu le 3 octobre à la Ferme du Grand-cachot-de-vent (JU).
  • Vernissage du livre au bar de l’Univers à Neuchâtel, jeudi 7 octobre à 18h.

 

Extraits des planches

©MarieMo

Presse

Dans le 24H…

Passer une résidence d’un mois sur Knut, un voilier mois sur d’exploration de 15 mètres, dans les régions polaires, c’est ce que propose MaréMotrice à des artistes d’ici et d’ailleurs. La Biennoise MarieMo a ainsi touché l’ouest du Groenland en 2018. La «bédéaste idéaliste» y a trouvé de quoi alimenter son œuvre engagée pour la sauvegarde de la nature. Après plusieurs expositions, «Les mains glacées» sort en album dans une succession de croquis, de courtes planches un peu impressionnistes. La poésie y règne, l’humour y fait des apparitions délicates, et l’ensemble dégage une nostalgie d’un monde qui s’abîme. On sent la rudesse du climat, la lumière incroyable qui éclaire ces glaces, et la présence humaine qui y laisse sa trace. Et MarieMo n’y verra donc jamais ces morses qu’elle espérait tant voir.

David Moginier, 24Heures, 16/17 octobre

Portrait
MARIE-MORGANE ADATTE GRAPHISTE ET ILLUSTRATRICE

Graphiste indépendante, Marie-Morgane Adatte travaille souvent main dans la main avec le milieu culturel de la région. Affiches de soirées, de concerts, de musée, d’exposition, pochettes de disques … Mais avec le Covid, on s’en doute, «c’est devenu le néant au
niveau des projets culturels». La Neuchâteloise a dû passer trois mois sans gagner de véritable salaire avec son activité principale. «Mes parents m’ont un peu aidée, et puis
comme je donne des cours d’équitation avec les Sports universitaires, j’ai pu toucher des RHT». Et lorsque vient l’été, les mesures Covid desserrent leur étau, les mandats redémarrent. «Là, je n’ai vraiment pas chômé», résume-t-elle. Au point d’en vouloir à tous les enthousiastes du télétravail. «Non, je ne trouve pas ça merveilleux, moi je travaille
comme une cinglée et je gagne tout juste le minimum pour vivre!» Son salaire mensuel, dépendant des mandats qu’elle obtient, oscille «entre 3000 et 3500 francs». En parallèle, Marie-Morgane Adatte planche sur sa première BO, «Les Mains glacées», depuis 2018. En avril de cette année, elle obtient une bourse pour artistes individuel.le.s, dotée de 2000 francs. «j’arrivais à dessiner deux planches par semaine si je ne travaillais pas à côté. Ce qui veut dire que je ne gagnais rien pendant ce temps-là. Cette bourse, ça m’a permis de me dégager du temps sans perdre trop d’argent.» Et puis, c’est le jackpot. Elle présente son projet à un éditeur et reçoit’ une réponse positive. Le 25 septembre dernier, «Les Mains glacées», bande dessinée-reportage issue d’une résidence sur un bateau au Groenland, sort enfin en librairies. Mais l’illustratrice reste lucide. «On ne devient pas riche en faisant de la BO!» Alors elle enchaîne les mandats de graphisme, qui s’intensifient. Pour Chocolatissimo, Goût & Région, les Mines d’Asphalte … «Aujourd’hui, j’ai le luxe de pouvoir trier les propositions que je reçois. Mais courir partout, c’est quelque chose que j’aime! Cette année, j’ai pris quatre jours de vacances … »

Article de Sarah Adatte, Arcinfo, 26.11.21