Nouvelles Questions Féministes, Vol. 27, No 1 

17,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-007-3
Qu'est-ce que l'intersexualité et comment les personnes intersexes sont-elles traitées en Occident? Entre les années 50 et 90, lorsqu'un·e enfant naissait intersexe, c'est-à-dire avec des organes génitaux définis médicalement comme "ambigus" (le terme impliquant que le sexe est flou et non qu'il s'agit d'une simple variation anatomique), l'état d'urgence était déclaré. La santé de l'enfant nouveau-né·e n'étant presque jamais en danger, l'urgence était moins médicale que sociale, celle de déterminer le plus rapidement possible le "vrai" sexe de l'enfant: était-ce un garçon ou une fille? Depuis une dizaine d'années, le temps de réaction s'est rallongé, mais l'impératif culturel de déterminer une fois pour toutes de quel sexe est l'enfant demeure et l'équipe médicale ne parle toujours pas d'intersexualité aux parents.

Qu'est-ce que l'intersexualité et comment les personnes intersexes sont-elles traitées en Occident? Entre les années 50 et 90, lorsqu'un·e enfant naissait intersexe, c'est-à-dire avec des organes génitaux définis médicalement comme "ambigus" (le terme impliquant que le sexe est flou et non qu'il s'agit d'une simple variation anatomique), l'état d'urgence était déclaré. La santé de l'enfant nouveau-né·e n'étant presque jamais en danger, l'urgence était moins médicale que sociale, celle de déterminer le plus rapidement possible le "vrai" sexe de l'enfant: était-ce un garçon ou une fille? Depuis une dizaine d'années, le temps de réaction s'est rallongé, mais l'impératif culturel de déterminer une fois pour toutes de quel sexe est l'enfant demeure et l'équipe médicale ne parle toujours pas d'intersexualité aux parents.

Edito

  • Démédicaliser les corps, politiser les identités: convergences des luttes féministes et intersexes (Cynthia Kraus, Céline Perrin, Séverine Rey, Lucie Gosselin et Vincent Guillot)

Grand angle 

  • Lettre à Herculine Barbin suivie du Fils du vent, extraits choisis (Arthur Cocteau)

  • Nous sommes des merveilles (Camille Lamarre)

  • L'enfant de la Lune (Ollie)

  • Intersexes: ne pas avoir le droit de dire ce que l'on ne nous a pas dit que nous étions (Vincent Guillot)

  • La réinvention de la sexualité chez les intersexes (Loïc Jacquet)

  • Reconstituer son "histoire". Une approche anthropologique des parcours de vie des personnes "intersexuées" (résumé) (Antoine Bal)

  • Le personnage intersexué: voie de renouvellement de l'imaginaire des sexes/genres? (Isabelle Boisclair)

Champ libre 

  • Les enjeux d'une bicatégorisation par "sexe" dans le champ sportif: l'exemple du test de féminité (Anaïs Bohuon)

  • Inégalités racistes et sexistes dans l'accès à l'emploi en France (Ariane Pailhé)

  • Leçon de thèse de Léo Thiers-Vidal, Lyon le 26 octobre 2007. "Adieu Léo"  (Léo Thiers-Vidal)

Parcours

  • Un ange passe: entretien avec Julien (Vinciane Constantin, Katia Darioly, Marianne Jossen, Viviane Morey, Joëlle Rochat)

 Comptes rendus

  • Emergence de la parole intersexe francophone, de la Conférence internationale de Montréal sur les droits humains LGBT aux Premières universités d'été des intersexes et intergenres d'Europe (Lucie Gosselin)

  • Françoise Armengaud, "Je veux dire à Tullio le tout venant de la clarté" (Ghaïss Jasser)

  • Efi Avdela, Le genre entre classe et nation. Essai d'historiographie grecque (Séverine Rey )

  • Catherine Gonnard et Elisabeth Lebovici,  Femmes artistes, artistes femmes (Françoise Armengaud)

Collectifs

  • Emergence et activités de l'Organisation internationale des intersexu

«Les médecins ont décidé que je serai une fille»

Dans notre société, la norme ne prévoit que deux possibilités: être un homme ou être une femme. Pourtant, comme Daniela, près de 4% des enfants naissent avec des organes génitaux qui ne sont pas clairement définis. Et, comme elle, nombre d'entre eux ont été, et sont encore, opérés sans leur consentement pour en faire de "vraies" filles ou de "vrais" garçons.

"On a fait de moi une fille. Et moi, j'ai essayé de jouer ce rôle qu'on m'avait attribué de force." Daniela Truffer est née avec des chromosomes masculins et des caractéristiques sexuelles à la fois féminines et masculines. "Ce sont les médecins qui ont choisi mon sexe", raconte-t-elle. En enlevant, à coup d'opérations chirurgicales, les signes apparents de sa masculinité. D'abord les testicules, quelques mois après sa naissance, puis un micropénis, à l'âge de 7 ans.

Le plus étonnant, c'est que cette Valaisanne qui vit à Zurich est loin d'être un cas isolé. Elle a confié son histoire la semaine dernière dans le cadre d'un débat sur l'intersexualité organisé à l'Université de Lausanne par la revue Nouvelles Questions Féministes.

Les personnes dites "intersexes", nées avec des organes génitaux "ambigus" (lire l'encadré), représenteraient entre 1,7 et 4% de la population. Pourtant dans notre société où la norme ne prévoit que deux possibilités, être un homme ou être une femme, on n'en parle jamais.

L'intersexualité est un tel tabou qu'elle a été réduite pendant longtemps presque exclusivement à une pathologie, une malformation. A partir des années 50, les interventions chirurgicales se systématisent. Dans les hôpitaux, les médecins considèrent qu'il faut "corriger" ce que la nature n'a pas achevé et faire rapidement de ces enfants de "vraies" filles ou de "vrais" garçons. Quitte à choisir un sexe plutôt qu'un autre, à leur insu et de façon irréversible.

"Mes parents n'ont pas été informés de la castration. Les médecins leur ont menti. Ils leur ont raconté que j'avais des ovaires sous-développés, mais que j'étais une fille!", révèle Daniela, qui se bat aujourd'hui pour qu'on laisse le choix à chacun de suivre sa voie: "Ces opérations chirurgicales faites sans consentement sont contraires aux droits de l'homme. C'est une cruauté physique et psychique comparable à de la torture."

Des mutilations

//