Militants de l'UDC. La diversité sociale et politique des engagés

33,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-036-3
Beaucoup de choses ont été écrites au sujet de l'Union Démocratique du Centre et de sa progression. Au-delà des commentaires et des analyses électorales, cet ouvrage innove en se penchant sur les militants de ce parti et la diversité de leurs profils. En s'appuyant principalement sur une étude par entretiens approfondis, cette analyse va au-delà d'une recherche de causalité simple. Elle remet en cause les interprétations qui attribuent d'abord aux "perdants de la mondialisation", pris dans des logiques de frustration, la responsabilité du succès de ce parti, et restitue toute la complexité du phénomène.

Beaucoup de choses ont été écrites au sujet de l'Union Démocratique du Centre et de sa progression. Au-delà des commentaires et des analyses électorales, cet ouvrage innove en se penchant sur les militants de ce parti, provenant de deux sections cantonales aux histoires contrastées, Genève et Zurich.

Plutôt que de dresser l'irréel portait d'un militant UDC au singulier, ce livre met au jour une diversité de profils militants. Le lecteur aura ainsi l'occasion d'opérer un voyage auprès de plusieurs catégories de militants, non uniquement des personnes appartenant aux catégories populaires; de découvrir les logiques et motifs multiples, parfois décalés par rapport à la ligne officielle du parti, qui conduisent à cet engagement politique.

Cet ouvrage remet en cause les interprétations qui attribuent d'abord aux "perdants de la mondialisation", pris dans des logiques de frustration, la responsabilité du succès de ce parti. En s'appuyant principalement sur une étude par entretiens approfondis, cette analyse va au-delà d'une recherche de causalité simple. Elle restitue la complexité du phénomène, situé au croisement des caractéristiques sociales et idéologiques des personnes, forgées tout au long de leur vie, du contexte politique et de l'offre mobilisatrice du parti. Elle montre tout l'intérêt de mobiliser les méthodes qualitatives et l'étude intensive des engagements pour les saisir véritablement.

  • Angle d'approche et démarche d'enquête
  • Une enquête située
  • Les "populaires"
  • Les "déclassés"
  • Les jeunes antieuropéens
  • Les méritants
  • Les libéraux
  • Idéologues et moralistes
  • Conclusion

Dans la Revue française de science politique

Caractérisé par sa grande stabilité en comparaison internationale, le système de partis suisse fut longtemps considéré comme un exemple classique de la fameuse hypothèse de gel de Seymour Martin Lipset et Stein Rokkan (1967), selon laquelle les systèmes partisans européens reflètent encore la structure des clivages au moment de leur genèse au début du siècle dernier. Cependant, avec la progression de l’Union démocratique du centre (UDC), qui doubla son score électoral entre 1991 et 1999 pour devenir le premier parti de Suisse en 2003, le paysage partisan subit d’importantes transformations et se caractérise désormais par une structure tripolaire avec trois camps politiques à forces plus ou moins égales (la gauche, le centre-droit et la droite conservatrice constituée par l’UDC). Dans la littérature, l’explication dominante de ces changements majeurs est liée à la transformation de la structure traditionnelle des clivages et surtout à l’émergence d’un nouveau clivage entre les "perdants" et les "gagnants" de la mondialisation. Dans cette optique, l’ascension de l’UDC s’expliquerait principalement par la mobilisation des perdants–réels ou subjectifs–de la mondialisation.
L’ouvrage se veut une alternative théorique à cette perspective qualifiée de réductrice, mécanique et économiciste car centrée sur la seule demande sociale des "perdants ". Ainsi, l’objectif déclaré de Philippe Gottraux et Cécile Péchu est de montrer les "limites" et la "faible pertinence" de la théorie perdants-gagnants (p.12) à travers une approche sociologique "internaliste", qui insiste sur l’importance de l’offre partisane et de son interaction avec l’individu, ses propriétés et ses diverses socialisations, pour rendre compte de l’engagement militant à l’UDC (chapitre 1).
En se fondant principalement sur 40 entretiens approfondis avec des militants genevois et zurichois, les auteurs dégagent six profils types de militants UDC et soulignent ainsi