Les Combattants suisses en Espagne républicaine, 1936-1939

33,00 CHF
Réf.: 2-940146-20-9
Bien présente dans la mémoire collective suisse, la figure du volontaire de la guerre d'Espagne demeure peu explorée dans l'historiographie helvétique. Spontanément, puis de manière organisée, huit cents personnes ont quitté notre pays pour s'engager dans la défense de l'Espagne du Front populaire. Si l'on rapporte ce chiffre à la population nationale, on obtient ce résultat surprenan: en dépit d'un cadre politique et légal particulièrement défavorable, la Suisse se place parmi les pays qui ont le plus fortement participé à la guerre!

Bien présente dans la mémoire collective suisse, la figure du volontaire de la guerre d'Espagne demeure peu explorée dans l'historiographie helvétique. Spontanément, puis de manière organisée, huit cents personnes ont quitté notre pays pour s'engager dans la défense de l'Espagne du Front populaire. Si l'on rapporte ce chiffre à la population nationale, on obtient ce résultat surprenant: en dépit d'un cadre politique et légal particulièrement défavorable, la Suisse se place parmi les pays qui ont le plus fortement participé à la guerre!

Grâce à la richesse des sources moscovites et bernoises, cet ouvrage rassemble des renseignements sur une grande partie de ces hommes et femmes. Il brosse leur portrait collectif, restitue leur trajectoire et leur situation dans la Suisse du milieu des années 30, politiquement polarisée et économiquement en crise.
Ce livre présente l'expérience des volontaires en Espagne républicaine, entre une guerre conduite avec des bouts de ficelle et les forces contradictoires de la révolution sociale et de l'encadrement stalinien. Ce livre décrit également leur retour dans une Suisse qui les condamne et qui refuse de leur accorder la reconnaissance qu'ils réclament.

Introduction

Les débuts du volontariat: d'une effervescence spontanée à l'appel du Komintern (juillet-octobre 1936)     

  • Les débuts du volontariat      
  • Juillet 1936; des Suisses d'Espagne, des athlètes ouvriers et deux pionniers     
  • Août 1936: internationalisation du conflit, mobilisation de la gauche, raidissement du Conseil fédéral, départs spontanés     Septembre 1936: tâtonnements communistes     
  • Octobre 1936: des filières enfin opérationnelles     
  • Les moyens de partir     
  • Le départ     
  • Le périple français et l'enrôlement     
  • La frontière franco-espagnole   

Profil et motivations des volontaires du "contingent suisse"

  • Profil     
  • Combien de volontaires?     
  • Un contingent d'ouvriers et d'artisans     
  • Un contingent de militants     
  • Un contingent urbain, mobile et cosmopolite     
  • Un contingent de jeunes adultes     
  • Un contingent de "repris de justice "?     
  • Motivations     
  • Le combat antifasciste     
  • Le poids du chômage, l'espoir d'un travail      
  • Une motivation fantôme: la révolution      
  • L'attrait de l'Espagne&nbs

Héros suisses de la guerre d’Espagne

Il y a 80 ans, 800 combattants de Suisse s’engageaient dans les Brigades internationales contre Franco

Volontaires → Mais qu’allaient-ils faire dans cette galère? En 1936, alors que s’engage une lutte fratricide entre les putschistes nationalistes de Franco et les républicains du Front populaire espagnol, plus de 800 volontaires quittent la Suisse pour s’enrôler dans les Brigades internationales, aux côtés de 40 000 brigadistes issus d’une cinquantaine de pays.
Courageux, alors qu’ils risquent l’emprisonnement à leur retour, ces Suisses s’engagent avec héroïsme, malgré leur manque de formation au combat et un équipement souvent déficient. Un quart d’entre eux y laisseront la vie.

Profil type

Mais qui sont ces combattants prêts à mourir pour des idées? Les historiens Nic Ulmi et Peter Huber1 ont brossé leur profil type. Ce sont surtout des ouvriers (85%), souvent communistes (60%), âgés en moyenne de 28 ans, la plupart célibataires et citadins. Les Latins sont surreprésentés, les femmes peu nombreuses (4%).
Antifascistes, ils militent pour la liberté, la démocratie et la paix en Europe. Ils se disent solidaires avec le peuple espagnol et ressentent un devoir moral d’agir. Souffrant de la crise des années 1930, qui touche aussi la Suisse, ils espèrent trouver, après le conflit, un emploi stable dans cette "terre de soleil" où se construirait une société nouvelle.
Leurs destins sont souvent extraordinaires, comme l’observe Peter Huber, chargé de cours à l’Université de Bâle, dans un dictionnaire biographique2 passionnant. [...]

Pascal Fleury, Le Courrier et La Liberté 21 octobre 2016

1. Nic Ulmi et Peter Huber, Les combattants suisses en Espagne républicaine, Éd. Antipodes, 20