Identifier - s'identifier

32,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-014-1
Les identités structurent les mobilisations politiques et la formulation des revendications. Pour autant, elles ne sont pas des essences immuables ni des données intangibles. Si on ne peut en parler dans l'absolu, il faut alors en rendre compte à partir de leurs usages et des logiques d'identification par lesquelles elles se constituent, se hiérarchisent, s'entrecroisent et se transforment.

Les identités structurent les mobilisations politiques et la formulation des revendications. Pour autant, elles ne sont pas des essences immuables ni des données intangibles. Si on ne peut en parler dans l'absolu, il faut alors en rendre compte à partir de leurs usages et des logiques d'identification par lesquelles elles se constituent, se hiérarchisent, s'entrecroisent et se transforment. Les études empiriques réunies dans cet ouvrage collectif abordent cette problématique selon deux axes d'analyse complémentaires: le premier, identifier, renvoie à la formation des catégories d'appartenance au monde social, alors que le second, s'identifier, désigne la perception individuelle et collective de ces identités héritées. D'un côté, il s'agit de rendre compte des spécificités du travail politique de mobilisation des groupes constitués, le plus souvent, selon des critères stigmatisés. De l'autre, les différentes contributions éclairent la façon dont les individus et/ou les groupes mobilisés (partis, mouvements sociaux, associations) gèrent les définitions externes dont ils sont l'objet et les retraduisent dans le cours même de leur mobilisation.

Au final, il apparaît que c'est au croisement de ces deux logiques souvent contradictoires, identifier—-s'identifier, que se lisent le mieux les enjeux et l'impact politique des questions identitaires, qui ont en commun de mettre en cause la valeur des individus et des groupes dans le monde social, et par conséquent les rapports de force symboliques qui le structurent.

Introduction

  • A propos des identités politiques (Muriel Surdez, Michaël Voegtli et Bernard Voutat)

Faire sens

  • Les enjeux de l'identification. Le cas de la mobilisation autour de la loi genevoise sur le partenariat (Marta Roca i Escoda)
  • Un sabre à double tranchant. Théories et usages de la caste dans le mouvement anti-caste des dalits (Nicolas Jaoul) [ERRATA] Télécharger l'article corrigé
  • Commémoration ou invention de la tradition. Les ressorts mémoriels de l'identification partisane dans l'extrême droite italienne (Stéphanie Dechezelles)
  • La découverte ou l'ignorance. Contribution à l'étude des opérateurs d'alternation dans la formalisation des identités militantes (Gildas Renou)
  • Désactiver les fonctions identitaires de "la langue": l'identification des pratiques linguistiques à l'ombre de l'identité linguistique nationale (Frédérique Niel)

Faire corps

  • Organisation du travail militant, luttes internes et dynamiques identitaires: le cas des "mouvements de chômeurs" (Xavier Dunezat)
  • La politique de l'identité comme enjeu de luttes. Logiques de constitution et de transformation du collectif dans deux associations homosexuelles en Suisse (Michaël Voegtli)
  • Ce que la professionnalisation de la politique fait aux militants. L'identité du permanent socialiste, du militant professionnel au salarié encarté (Philippe Aldrin et Thierry Barboni)
  • "Petits arrangements avec son militantisme". Le désarroi identitaire des militants au Parti socialiste (Rémi Lefebvre)

Faire voir

  • Faire "citoyen anonyme" dans les débats télévisé

Paru dans la Revue française de science politique

La révélation des masques, inépuisables identifications1

La couverture d'Identifier - s'identifier s'orne d'un "Ensor aux masques" (1899) qui propose une forme d'allégorie sur les thématiques de ce volume. Ce tableau montre le peintre coiffé d'un chapeau rouge, emplumé et fleuri qui évoque l'"Ensor au chapeau fleuri", d'environ dix ans antérieur, mais avec une vivacité s'harmonisant à la foule des masques qui l'entoure. Le peintre James Ensor fournit une figure d'artiste inclassable, car toujours mouvant et inattendu. Sa fascination pour le carnaval l'a poussé à imaginer ces moments fragiles où tout un chacun peut être à la fois soi-même et un autre, absorbé dans la foule et irréductiblement unique. Son itinéraire, ses toiles2 constituent un manifeste de l'instabilité et de la transmutation. La couverture d'Identifier - s'identifier en accentue le trait puisqu'elle modifie la toile originale, rendue ici en noir et blanc, tronquée vers le bas et détourée en haut... C'est assez proclamer d'emblée que cet ouvrage s'inscrit dans le courant - désormais dominant dans le champ universitaire même si les politiques en négligent les conclusions - qui refuse toute essence aux identités et les envisage comme des constructions sociales, fondées sur des principes de classement qui relèvent de logiques de pouvoir (et d'opposition aux pouvoirs).

Les textes rassemblés par Muriel Surdez, Michaël Voegtli et Bernard Voutat sont issus d'un colloque réuni à Lausanne fin 2006: "Identifier, s'identifier - Faire avec, faire contre: transformations identitaires et mobilisations dans l'espace public". À la suite d'une introduction rédigée par les trois co-directeurs du volume, il regroupe des communications portant sur la France, la Suisse, l'Italie et l'Inde en trois rubriques: "Faire sens", "Faire corps" et "Faire voir". L'approche qui les réunit consiste à considérer l'"identité" non comme un concept explicatif mais comme un objet d'ét