Les images en guerre (1914-1945). De la Suisse à l'Europe

31,00 CHF
Réf.: 978-2-940146-88-8
Au XXe siècle, les guerres ont produit des représentations de toutes sortes: de la littérature à la sculpture, en passant par la gravure, la peinture, la photographie, le cinéma, l'affiche, le dessin animé, la bande dessinée ou la caricature. Plus de guerres possibles sans "images en guerre" impliquant toutes les nations, belligérantes ou neutres. Ainsi, à une époque où la propagande connaît une révolution médiatique, la circulation des représentations fait de la Suisse un observatoire privilégié dans cette géographie culturelle.

Au XXe siècle, les guerres ont produit des représentations de toutes sortes: de la littérature à la sculpture, en passant par la gravure, la peinture, la photographie, le cinéma, l'affiche, le dessin animé, la bande dessinée ou la caricature. Plus de guerres possibles sans "images en guerre" impliquant toutes les nations, belligérantes ou neutres. Ainsi, à une époque où la propagande connaît une révolution médiatique, la circulation des représentations fait de la Suisse un observatoire privilégié dans cette géographie culturelle.

Les deux guerres mondiales ont à la fois instrumenté et miné le caractère "objectif» des images dites documentaires-les reproductions photographiques en premier lieu. Leur instrumentalisation a instillé une certaine défiance, voire un rejet radical face aux différentes formes de conditionnement visuel. Plus fondamentalement, les deux conflits mondiaux ont introduit une crise de la "représentation". Les techniques et les codes visuels qui prévalaient jusqu'alors ne pouvaient en effet plus rendre compte de la spécificité de la guerre moderne, caractérisée par la violence souvent statique des tranchées, par l'horreur inédite de l'univers concentrationnaire ou les visions stupéfiantes des champignons atomiques. Ces images nouvelles ont remodelé notre imaginaire et contribué à nourrir des mémoires de la guerre qui se sont employées à légitimer ou stigmatiser certains acteurs politiques ou sociaux une fois la paix revenue. Indiscutablement, ces représentations ont influencé notre histoire de manière décisive.

  • Avant-propos (Philippe Kaenel, François Vallotton)
  • Représenter la guerre en Suisse: du soldat en général (Philippe Kaenel, François Vallotton)
  • Monstration de l'expérience et expérimentation artistique et littéraires dans la guerre moderne (Nicolas Beaupré)
  • Images, combat et héroïsme, de la Grande Guerre à nos jours (Joëlle Beurier)
  • De la guerre à La Guerre. Réflexions sur l'évolution du langage chez Otto Dox et Blaise Cendrars (Pascal Chauvie)
  • Sur le front des sexes: les infirmières dans l'iconographie guerrière, 1914-1918 (Céline Schoeni)
  • Représentations de l'ennemi et films de propagande durant la Première et la Seconde Guerre mondiales  (David Welch)
  • Paul Senn, 1901-1953. Reportage de guerre (Markus Schürpf)
  • De l'interventionnisme à l'engagement. Les comic books pendant la Seconde Guerre mondiale (Gianni Haver, Michaël Meyer)
  • Les Alpes en guerre (Ersilia Alessandrone Perona)
  • Marcel Junod, la guerre atomique et le CICR (Erica Deuber Ziegler, Jean-Louis Feuz) 

Dans la revue Ponts 

Lors d'une journée d'étude organisée à l'Université de Lausanne en avril 2005, des historiens et des historiens de l'art se sont interrogés sur les mécanismes de production, de diffusion et de réception des images de guerre pendant la période qui concerne les deux conflits mondiaux, analysés, selon un récent courant historiographique, en parallèle, ou bien considérés "dans le même continuum temporel" ("Avant-propos", p.5).
Les études rassemblées dans ces actes interrogent les imaginaires collectifs et les dynamiques de l'opinion publique dans une perspective transnationale, bien que la Suisse offre un cadre particulièrement révélateur en tant que, à la fois, pays neutre, lieu de refuge et terre de passage.
C'est ainsi que Philippe Kaenel et François Vallotton retracent, dans "Représenter la Suisse en guerre: du soldat au général" (pp.7-38), le développement d'une "mythologie guerrière" helvétique (p.11) et délignent les différentes figures du militaire qui se diffusent par le biais de divers média en Suisse dès 1914.
Nicolas Beaupré ("Monstration de l'expérience et expérimentation artistiques et littéraire dans la guerre moderne", pp.39-52) fait suivre à une synthèse des débats les plus récents sur la représentation artistique de la guerre moderne et sur l'influence exercée par la guerre sur les formes expressives, une analyse de la "rhétorique de l'impuissance" (p.43) dans les arts visuels et la littérature.
Les différences entre la presse illustrée française et allemande à partir de 1914 sont étudiées par Joëlle Beurier ("Images, combat et héroïsme, de la Grande Guerre à nos jours", pp.53-70), qui souligne comment les deux divers regards expriment "deux rapports distincts à la violence" du conflit, impliquant "une conception particulière de l'héroïsme, dont les transformations se poursuivront au cours du siècle" (p.54).
Une nouvelle comparaison est proposée par Pascal Chauvie dans l'a