Une cause modèle

41,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-107-0
Cet ouvrage passionnant dresse pour la première fois un panorama sur près de trente ans de la lutte contre le sida en Suisse. Il étudie les transformations des enjeux et des objectifs de la lutte contre ce fléau ainsi que les effets de l'engagement pour la cause sur les activistes.

À l'apparition de l'épidémie du sida, de très nombreux acteurs, en majorité engagés dans les mouvements homosexuels ou dans l'administration publique, vont contribuer à façonner l’organisation de la lutte contre cette maladie.

Au fil du processus de mobilisation, la cause va être remodelée et portée par de nouveaux acteurs. C’est à l’étude des transformations des enjeux et des objectifs de la lutte contre le sida et aux effets de l’engagement pour la cause sur les activistes qu’est consacré cet ouvrage.

La première partie retrace la structuration et les transformations de l’espace de lutte contre le sida depuis les débuts de l’épidémie jusqu’en 2008. Dans la seconde partie sont analysés les effets de l’engagement dans le cas de six militants actifs dans des associations homosexuelles et de lutte contre le sida.

Ce travail repose sur une analyse de sources archivistiques et d’entretiens et s’appuie sur une enquête quantitative réalisée auprès des membres et ex-membres de quatorze associations concernées par la lutte contre le sida. Plus largement, il met en évidence, par le biais de l’analyse des mobilisations, comment s’effectue une conjonction entre luttes militantes et construction d’une politique publique de prévention du VIH et d’accompagnement des personnes touchées. D’un point de vue d’analyse des mouvements sociaux, l’ouvrage lie construction de la cause et impact de l’engagement sur la redéfinition de l’identité sociale des acteurs mobilisés. Il propose, enfin, une lecture distincte de la constitution d’une orientation socio-sexuelle dominée dans l’ordre du genre (l’homosexualité masculine) en lien avec ce processus de mobilisation contre l’épidémie de sida.

Une trentaine d’années après la création de l’Aide suisse contre le sida, cet ouvrage est susceptible d’intéresser tant les protagonistes de cette histoire que celles et ceux qui souhaitent mieux connaître l’extraordinaire investissement de personnes joignant leurs forces pour combattre ce fléau.

Saisir le processus de mobilisation

  • L'endroit de la médaille: Construire la cause
  • L'espace associatif homosexuel dans la mobilisation antisida
  • Terrain d'enquête et méthodes d'analyse

PARTIE 1. Construire la cause
1. Le temps des pionniers (1982-1986)

  • L’agencement de la lutte
  • La maladie dans le champ médical: les premières découvertes
  • Une image publique attisant les peurs
  • Les actions s’organisent "en coulisses"
  • La création de l’ASS
  • Mise en place et débats autour du test de dépistage
  • Les mesures publiques autour du test
  • Safer sex et préservatif. La création de la Hot Rubber Company
  • L’ASS essaime: les premières antennes cantonales
  • Retour sur la phase des pionniers: une mobilisation majoritairement portée par les homosexuels

2. La redéfinition de la lutte (1987-1990)

  • Les luttes pour l’orientation de la lutte
  • Une épidémie sans précédent? Les effets du test de dépistage
  • L’action de l’OFSP: Première brochure et préparation de la campagne STOP SIDA
  • "Reste fidèle": Politisation de la question sida et mise à l’index du préservatif
  • Développement et organisation de l’ASS
  • L’ASS: un colosse aux pieds d’argile
  • Les effets de l’instabilité
  • La crise de 1989: l’accentuation de la professionnalisation
  • Processus de déshomosexualisation et d’hétérosexualisation de la lutte dans les cantons

3. Essor et transformations de la lutte contre le sida (1990-1996)

  • Effritement de "l’exception" et premiers signes de "normalisation"
  • Baisse des nouvelles infections et stabilisation à la hausse des financements publics
  • L’identité de séropositif comme élément d’affirmation collective? L’impossible reconnaissance de P.W.A. Suisse
  • Reconstruire (I): la stabilisation de l’ASS
  • La repo

Dans Vingtième Siècle. Revue d'histoire

En comparaison de la France, où un fort déni du VIH/sida a été véhiculé autant par les associations gays que par le ministère de la Santé jusqu’en 1988-1989, la Suisse se montre "modèle". Dès l’apparition du "cancer gay", les associations helvétiques se mobilisent. En résultent une série d’actions: l’engagement de militants, l’union avec les autorités sanitaires publiques et la poursuite de la promotion du coming-out.

Quelques militants, dont les Médecins de la coordination homosexuelle suisse (les "HACHMediziner"), perçoivent rapidement le danger de l’épidémie. Ils sont rejoints par Bertino Somaini, alors chef du département médical de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) après un stage à San Francisco, où il a observé le développement d’une santé communautaire préventive. Son engagement est crucial pour comprendre celui de l’OFSP. Par ailleurs, la loi fédérale sur les épidémies de 1970 délègue des politiques publiques sanitaires à des organisations non gouvernementales. En résulte la fondation de l’Aide suisse contre le sida (ASS) en juin 1985, dont l’OFSP devient membre. L’ASS est précédée par des campagnes de prévention dans le "milieu" homosexuel courant 1984, puis par le lancement début 1985 d’un préservatif "sexy", le "Hot Rubber". Suivent les campagnes nationales "Stop sida", courant 1987-1989, plus explicites que le slogan "Le sida ne passera pas par moi" alors diffusé en France.

Entre-temps, l’introduction généralisée du test de dépistage au milieu de l’année 1985 a démontré que les populations hétérosexuelles sont également concernées, par injections intraveineuses de drogues ou contacts sexuels. S’ensuivent un engagement de femmes hétérosexuelles dans l’ASS, puis une "déshomosexualisation" du VIH/sida et une professionnalisation des acteurs de la