Les sphères du pénal avec Michel Foucault

12,00 CHF
Réf.: 978-2-940146-86-4
Autour de Michel Foucault, ce volume collectif réunit des historiens et des sociologues qui pensent le droit de punir, du supplice d'Ancien Régime aux usages carcéraux d'aujourd'hui. La version papier n'est plus disponible. Format PDF

La version papier n'est plus disponible.  
Format PDF

Autour de Michel Foucault, ce volume collectif réunit des historiens et des sociologues qui pensent le droit de punir, du supplice d'Ancien Régime aux usages carcéraux d'aujourd'hui.

Si les concepts forgés par Foucault (discipline, panoptisme, gouvernementalité) s'imposent dans les sciences humaines contemporaines, cet ouvrage affronte les problématiques concomitantes de l'enfermement carcéral, des techniques punitives ou de la discipline du corps. Relectures de Surveiller et punir trente ans après sa publication dans le prisme des écrits antérieurs de son auteur, histoire du supplice, du marquage corporel ou de la relégation comme peine, conceptions et usages actuels du droit de punir dans le cadre pénitentiaire, finement analysé par la sociologie: les trois parties des Sphères du pénal avec Michel Foucault éprouvent l'outillage conceptuel que Foucault propose autour des arts de gouverner et de la rationalité néolibérale. Faisant écho au colloque de Genève organisé sous l'autorité de l'International Association for the History of Crime and Criminal Justice, ce volume illustre l'actualité, la fécondité et le renouveau des études pénales dont l'enjeu institutionnel pèse sur le devenir de l'État de droit.

Introduction

  • Michel Foucault: penser le droit de punir (Marco Cicchini, Michel Porret)

 Relire Surveiller et punir

  • Surveiller et punir, laboratoire de la problématique de la gouvernementalité: des technologies de surveillance à l'instrumentation du pouvoir (Pierre Lascoumes)

  • Rationalisation et histoire des corps dans le parcours de Michel Foucault (Jean-François Bert)

  • Le Panoptique n'est pas une prison. Panoptisme, économie, utilitarisme (Cyprian Blamires)

  • Durkheim, Fauconnet et Foucault. Etayer une perspective abolitionniste à l'heure de la mondialisation des échanges (Philippe Combessie)

  • Surveiller et punir "à l'Est" (Karel Bosko)

 Nouveaux chantiers de l'histoire du droit de punir

  • La mémoire de l'infamie: pour une histoire de la marque judiciaire en France, 1515-1832 (Patrice Peveri)

  • A la une de Surveiller et punir: l'anachronisme du supplice de Damiens (Michel Porret)

  • Foucault et la réforme des Lumières (Léon Loiseau)

  • Identifier, exclure, régénérer. La relégation des récidivistes en Guyane, 1885-1938 (Jean-Lucien Sanchez)

  • Un "réquisit de rationalité". Responsabilité pénale et aliénation mentale au XIXe siècle (Laurence Guignard)

  • Foucault et l'historiographie italienne de la criminalité et de la justice (Leonida Tedoldi)

 Théories et pratiques actuelles du droit de punir

  • Gouvernement des prisons et résistances infrapolitiques (Gilles Chantraine)

  • La fin du disciplinaire? Rationalité pénale et processus de normalisation au XXIe siècle (Philip Milburn)

  • De l'entrelacement des disciplines

 Dans la revue Crime, Histoire & Sociétés

Tout comme Surveiller et punir n'était pas vraiment une histoire de la prison, Les sphères du pénal, dont le titre emprunte à Sloterdijk pour repenser Bentham, s'étendent bien au delà de l'espace carcéral. Aux contrepoints de Foucault sur les corps suppliciés, la discipline militaire, ou les colonies pénitentiaires pour enfants répondent, dans ce volume réalisé à l'occasion des trente ans de la publication du philosophe, des considérations sur la discipline, le panoptisme, la gouvernementalité, l'identification, la stigmatisation, l'aliénation, la corporéité. Ce sont autant d'items sortis de la boîte à outils foucaldienne dont s'emparent les auteurs pour se livrer avec bonheur, à la suite d'un maître qu'ils se refusent à vénérer, au démontage consciencieux de la doxa pénale.

Limpide, l'introduction de Marco Cicchini et Michel Porret, directeurs de la publication, retrace la généalogie de Surveiller et punir, situé au mitan du projet foucaldien, et dans un contexte de militance virulente contre l'arbitraire carcéral au sein du GIP. Ne pas célébrer cet ouvrage comme une œuvre totale, mais le considérer comme une étape dans le cheminement habile du philosophe, tel est le projet de cette réflexion collective. "Du moment suppliciaire au moment carcéral", Surveiller et punir soulève "le problème de la prison dans la démocratie comme la matrice de la surveillance générale de chacun" (p.8). Ainsi mise en perspective, l'analyse de l'œuvre convoque des réflexions épistémologiques plus anciennes dans la production de Foucault, appliquées à la constitution des savoirs et à leurs effets de pouvoir, et appelle également les étapes ultérieures de sa pensée, organisée notamment autour du principe de biopouvoir, plaçant le corps au cœur des dispositifs politiques modernes, et de gouvernementalité, entendue comme une "conduite des conduites" que le libéralisme tente d'engendrer selon une économie de m