Construire la Grèce (1770-1843)

43,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-027-1
La Grèce est le premier État moderne et européen né de l'Empire ottoman. Des mouvements intellectuels comme les Lumières et le libéralisme, ainsi que l'identité nationale naissante, seront le socle à partir duquel les hétairies puis les clephtes partiront au combat qui mènera à l'indépendance.
Ce livre porte sur la naissance et la mise en place de la Grèce moderne dans les années 1770-1843. Il fait la synthèse de cette période dans une perspective de continuité des différents courants et idéologies qui ont mené à la "renaissance" de la Grèce.

La Grèce est le premier État moderne et européen né de l'Empire ottoman. Des mouvements intellectuels comme les Lumières et le libéralisme, ainsi que l'identité nationale naissante, seront le socle à partir duquel les hétairies puis les clephtes partiront au combat. Après la reconnaissance de la légitimité de la lutte et de l'indépendance, avec le soutien philhellène occidentale, la Grèce devient un État reconnu par les Puissances. Tout est européen dans son édification: l'État de droit, les administrateurs bavarois et l'ingérence des Puissances.

Depuis la nomination du premier gouverneur, Jean Capodistrias (1828) jusqu'à l'arrivée du roi Othon (1832), la Grèce s'exerce aux acquis démocratiques. Ces esquisses républicaines seront interrompues par l'assassinat du premier gouverneur. Avec la monarchie, la Grèce prend un virage qui l'éloigne des idéaux de liberté, mais les pressions constitutionnalistes obligeront Othon à accepter le principe d'une monarchie constitutionnelle, le 3 septembre 1843.

Cet ouvrage porte sur la naissance et la mise en place de la Grèce moderne dans les années 1770-1843. Il fait la synthèse de cette période dans une perspective de continuité des différents courants et idéologies qui ont mené à la "renaissance" de la Grèce.

Annexe: document à télécharger

  • "Penser la Grèce": construction idéologique
  • "Préparer la Révolution": construction d'un projet politique et révolutionnaire
  • "Libérer les Grecs": construction d'une indépendance
  • "Créer un État": construction politique
  • "Édifier un État": construction du pouvoir bavarois
  • "Établir un territoire": construction nationale et sécuritaire
  • "Régner": construction monarchique

Dans Annales. Histoire, Sciences sociales

Depuis quelques décennies, l’abondante bibliographie anglophone sur l’histoire de la Grèce moderne et contemporaine a ouvert de nouvelles pistes de recherche. En Allemagne, une histoire concise de la Grèce a vu le jour récemment1, s’ajoutant à un certain nombre d’éditions originales et de traductions sur ce sujet. En revanche, les ouvrages synthétiques sont rares en français, le meilleur parmi eux datant de 19532. Sous cet aspect, cette monographie arrive à propos. Elle représente, selon la préface de Michel Porret, la "synthèse remaniée d’un remarquable mémoire de maîtrise en histoire moderne" (p. 7), rédigée sous sa direction en 2007.

Centrée sur les "mécanismes essentiels qui, par leur évolution, ont contribué, chacun à sa manière, à la création et à l’édification d’un État" (p. 25), l’étude traite de la formation de l’État-nation grec depuis l’apparition des Lumières néohelléniques jusqu’à l’établissement d’une monarchie constitutionnelle. Le cadre chronologique de cette approche historique du premier État européen "issu d’un empire multiethnique tel que l’empire ottoman" (p. 14) est délimité par des dates conventionnelles: en effet, si l’année 1770 représente, selon Constantin Dimaras, la date de naissance du mouvement des Lumières3, l’année 1843 ne marque pas l’accomplissement ou la fin de ce courant intellectuel, mais la date précise d’une insurrection politique qui vise à l’obtention d’une constitution.

Cette pluralité d’approches correspond à la diversité des champs étudiés qui vont des Lumières (françaises et grecques) à la législation, l’administration et la politique extérieure établies par la Régence à partir de 1833, et du philhellénisme franco