Actualité et enjeux critiques de l’Art Brut

Vincent Capt, Sarah Lombardi et Jérôme Meizoz (dir.)


2017, 215 pages, 24 €
28,00 CHF
Réf.: 978-2-88901-138-4
De plus en plus de chercheur·e·s de toutes disciplines se penchent sur ces objets issus de lieux non répertoriés, tirés d’on ne sait où par des personnes sans légitimité artistique aucune. Un peu d’effet de mode, ainsi qu’un long travail de défense de l'Art Brut par des collectionneurs et par des amateurs, font de cet art hors catégorie un Sujet d’étude. Car cet objet, l’Art Brut, se révèle rapidement comme Sujet, actif, qui chahute des disciplines universitaires encore bien cloisonnées, qui les force à sortir de leur zone de confort et même à collaborer. En témoignent dans ce livre des textes d’historiens, de linguistes, de poéticiens, de sociologues, de critiques d’art et de théoriciens de l’esthétique.

À l’été 1945, le peintre Jean Dubuffet désigna sous le nom d’Art Brut des créations confrontant l’histoire de l’art à une forme de perplexité, tant les productions retenues, situées hors du champ officiel de l’art et dont les auteurs étaient tous autodidactes, interrogeaient les conventions artistiques de l’époque.

Depuis, l’Art Brut a intégré le champ de l’art notamment sur le plan des expositions et du marché. Il demeure toutefois un pôle qui semble irrésistiblement échapper à qui tente de le cerner de trop près.

Objet frontière de réflexion par excellence, l’Art Brut a la capacité de réunir sur le plan de l’organisation sociale des savoirs, autant le sociologue des institutions, l’historien de l’art ou de la psychiatrie, l’analyste de discours que le psychologue.

Le concert interdisciplinaire auquel invite le présent ouvrage réunit des spécialistes de l’Art Brut de tous bords et discute en particulier de la prospection de créateurs contemporains, de modalités actuelles d’exposition et du rôle d’opérateur critique dont se dote aujourd’hui encore l’Art Brut, tant pour ce qui concerne l’histoire culturelle que pour la pensée de l’art et du langage.

Cet ouvrage, richement illustré, s’adresse aux spécialistes de l’Art Brut ainsi qu’à toute personne intéressée par le sujet,ainsi que par l’organisation du champ de l’art et celle des pratiques artistiques sur les plans culturels, institutionnels et politique.

  • Avant-propos (Sarah Lombardi et Jérôme Meizoz)
  • Introduction (Vincent Capt et Baptiste Brun)

L’art brut en dialogue avec les sciences humaines

  • L’Art Brut: axiologie d’une artification (Nathalie Heinich)
  • De la nécessité de complexifier l’objet. Enquête dans la "zone grise"de l’Art Brut (Myriam Perrot)
  • L’Art Brut, un observatoire pour les processus psychiques de la création (Pascal Roman)
  • Où va l’Art Brut? (Gérard Dessons)

À la recherche de l’Art Brut

  • L’Art Brut en ses marges: L’exemple de Gaston Chaissac (Vanessa Noizet)
  • Le "brut" à l’épreuve du "contemporain" (Céline Delavaux)
  • Le Fou, le Nègre, le Montagnard. Chercher l’Art Brut aujourd’hui: l’écueil postcolonial de l’essentialisme? (Baptiste Brun)
  • Arte Incomum: l’Art Brut à la 16e Biennale de São Paulo (1981) (Valentina D’Avenia)

Corpus et expositions d’art brut

  • L’Art Brut à l’épreuve de YouTube: le cas de Wendy Vainity, alias Madcatlady (Charlotte Laubard)
  • L’Art Brut et les matériaux "pauvres": pour une autre économie de l’art. L’exemple de la Fabrique d’Auguste (Pauline Goutain)
  • Paroles de commissaires. Les expositions temporaires d’Art Brut depuis 1967 (Brigitte Gilardet)
  • Mythologies scénographiques: noir ou blanc? (Deborah Couette)
  • Présenter l’Art Brut: Table ronde du 4 novembre 2016 modérée par Françoise Monnin, avec la participation de James Brett, Sarah Lombardi, Jean-David Mermod et Michel Thévoz

Ouverture

  • Mon parcours dans l’art singulier (Laurent Danchin)